À cinq jours du vote...

Publié le 14 octobre 2015

Justin Trudeau était attendu par plus de 400 militants au Delta de Sherbrooke.

Voici les principaux faits saillants de la journée de cette longue campagne électorale.

Trudeau veut une majorité

Justin Trudeau désire un gouvernement libéral majoritaire le 19 octobre. En tête dans quelques sondages, le chef du PLC ne semble plus vouloir se contenter d'une minorité. «Est-ce que je demande aux Canadiens de voter pour nous? Oui. Est-ce que je leur demande de voter pour nous à travers le pays? Oui. Est-ce que je leur demande un gouvernement majoritaire? Oui», a-t-il laissé tomber. «Je n’ai pas la ‘surconfiance’ pour parler de stratégies politiques», avait cependant tenu à mentionner le chef libéral quelques secondes auparavant.

Le NPD décriminaliserait la marijuana

Thomas Mulcair a dit hier que le Nouveau Parti démocratique serait pour légaliser la marijuana, mais que dans un avenir proche, il allait concentrer ses efforts pour la décriminaliser. M. Mulcair soutient que la légalisation complète, que promet son adversaire libéral Justin Trudeau, exigera des consultations avec les autorités en matière de santé et de sécurité publiques. Le chef du NPD était à Ste-Thérèse et L'Assomption, où on s'attend à une lutte serrée avec le Bloc québécois.

Harper toujours contre la drogue

Appuyé par Rob Ford et son frère Doug, Stephen Harper a refusé hier de porter un jugement sur la consommation de crack de l'ancien maire de Toronto. Au même moment, des publicités conservatrices sont apparues dans des médias ethniques de Toronto et Vancouver où on accuse faussement Justin Trudeau de vouloir ouvrir des bordels dans les quartiers et vendre de la marijuana aux enfants. L'équipe conservatrice a expliqué cette tactique en ressortant une citation du mois de juin: «Justin refuse de reconnaître les dommages que les drogues causent pour les familles et les communautés. Il veut permettre la vente de marijuana à l’épicerie du coin et augmenter le nombre de sites d’injection d’héroïne, des politiques dangereuses qui ne feraient que rendre les drogues plus accessibles à nos enfants.»

Un candidat conservateur se mouille…et se rétracte

Le candidat du Parti conservateur du Canada dans Manicouagan, Yvon Boudreau, a indiqué mardi soir que son parti tiendrait une enquête sur la disparition et l'assassinat de femmes autochtones s'il est réélu. Sauf que le lendemain, il s'est rétracté quand le Parti conservateur est intervenu. Le choix de Stephen Harper est de laisser la GRC enquêter. Rappelons que le Nouveau Parti démocratique, le Parti libéral du Canada et le Bloc québécois sont tous pour une enquête publique sur les 1200 cas de femmes autochtones disparues ou assassinées.

Duceppe attaque Trudeau

Le chef bloquiste Gilles Duceppe a dirigé ses attaques hier vers son rival Justin Trudeau. Il a allégué que les intérêts du Québec se trouvaient au bas de la liste des priorités du chef du PLC. Il a mentionné entre autres l'intention de M. Trudeau de continuer de «piger» dans la caisse d’assurance-emploi et qu’il était pour le «visage couvert» lorsque vient le temps d’être assermenté, de voter ou d’offrir des services publics. Il a enfin demandé aux électeurs de se rallier derrière le BQ, dans un contexte de gouvernement minoritaire possible. 

À cinq jours du vote...

Publié le 14 octobre 2015

Justin Trudeau était attendu par plus de 400 militants au Delta de Sherbrooke.


Voici les principaux faits saillants de la journée de cette longue campagne électorale.

Trudeau veut une majorité

Justin Trudeau désire un gouvernement libéral majoritaire le 19 octobre. En tête dans quelques sondages, le chef du PLC ne semble plus vouloir se contenter d'une minorité. «Est-ce que je demande aux Canadiens de voter pour nous? Oui. Est-ce que je leur demande de voter pour nous à travers le pays? Oui. Est-ce que je leur demande un gouvernement majoritaire? Oui», a-t-il laissé tomber. «Je n’ai pas la ‘surconfiance’ pour parler de stratégies politiques», avait cependant tenu à mentionner le chef libéral quelques secondes auparavant.

Le NPD décriminaliserait la marijuana

Thomas Mulcair a dit hier que le Nouveau Parti démocratique serait pour légaliser la marijuana, mais que dans un avenir proche, il allait concentrer ses efforts pour la décriminaliser. M. Mulcair soutient que la légalisation complète, que promet son adversaire libéral Justin Trudeau, exigera des consultations avec les autorités en matière de santé et de sécurité publiques. Le chef du NPD était à Ste-Thérèse et L'Assomption, où on s'attend à une lutte serrée avec le Bloc québécois.

Harper toujours contre la drogue

Appuyé par Rob Ford et son frère Doug, Stephen Harper a refusé hier de porter un jugement sur la consommation de crack de l'ancien maire de Toronto. Au même moment, des publicités conservatrices sont apparues dans des médias ethniques de Toronto et Vancouver où on accuse faussement Justin Trudeau de vouloir ouvrir des bordels dans les quartiers et vendre de la marijuana aux enfants. L'équipe conservatrice a expliqué cette tactique en ressortant une citation du mois de juin: «Justin refuse de reconnaître les dommages que les drogues causent pour les familles et les communautés. Il veut permettre la vente de marijuana à l’épicerie du coin et augmenter le nombre de sites d’injection d’héroïne, des politiques dangereuses qui ne feraient que rendre les drogues plus accessibles à nos enfants.»

Un candidat conservateur se mouille…et se rétracte

Le candidat du Parti conservateur du Canada dans Manicouagan, Yvon Boudreau, a indiqué mardi soir que son parti tiendrait une enquête sur la disparition et l'assassinat de femmes autochtones s'il est réélu. Sauf que le lendemain, il s'est rétracté quand le Parti conservateur est intervenu. Le choix de Stephen Harper est de laisser la GRC enquêter. Rappelons que le Nouveau Parti démocratique, le Parti libéral du Canada et le Bloc québécois sont tous pour une enquête publique sur les 1200 cas de femmes autochtones disparues ou assassinées.

Duceppe attaque Trudeau

Le chef bloquiste Gilles Duceppe a dirigé ses attaques hier vers son rival Justin Trudeau. Il a allégué que les intérêts du Québec se trouvaient au bas de la liste des priorités du chef du PLC. Il a mentionné entre autres l'intention de M. Trudeau de continuer de «piger» dans la caisse d’assurance-emploi et qu’il était pour le «visage couvert» lorsque vient le temps d’être assermenté, de voter ou d’offrir des services publics. Il a enfin demandé aux électeurs de se rallier derrière le BQ, dans un contexte de gouvernement minoritaire possible.